dire non

J’ai toujours eu du mal à dire non.
Je ne sais pas toi, mais ça m’a toujours mis mal à l’aise.
J’avais comme cette peur de décevoir l’autre, de le rendre triste, d’être rejeté, ou je ne sais quelle autre raison!

Dire non, dans certaines situations, ça relève vraiment de l’acte de bravoure pour moi.
Genre juste avant de dire ce simple mot  » NON », crois-moi, dans ma tête il se passe un débat sans fin:

« Si je lui dis que je n’ai pas envie de venir samedi soir parce que j’ai juste envie de chiller chez moi, elle va penser que je ne l’aime pas, ou alors que je suis associable et que je finirai seule avec 38 chats. Peut-être que je devrais y aller, parce que finalement j’ai peut-être envie d’y aller, j’ai peut-être juste la flemme. Est-ce que j’ai le droit de refuser une soirée sous prétexte que je veux glander chez moi? Non en vrai ça ne se fait pas de refuser! En plus ils vont passer une trop bonne soirée, et je vais rater ça. La soirée va les rapprocher, du coup ils vont m’oublier, et ne m’inviteront plus jamais et je vais vraiment finir mes jours seule… »

Et parfois, mis à part cette peur d’être rejeté et plus aimé, je suis tellement indécise de dire « oui » ou « non », que je me laisse guider, et je laisse faire les choses. Alors ça peut être une stratégie vraiment chouette qui te fait vivre des trucs de malade mentale. Mais c’est clairement pas toujours le cas!!!!

Haalalala combien de fois je me suis retrouvé dans des plans foireux. Tout ça parce que je n’ai pas su dire NON. En vrai j’aurai tellement d’histoires improbables à te raconter! Genre on dirait que je ne retiens jamais la leçon et que je recommence à chaque fois, et à chaque fois ça me met dans des situations dans lesquelles je n’aurais préféré jamais me mettre.

Mais aujourd’hui j’ai envie de te raconter l’histoire qui aurait pu avoir de plus grosses conséquences que les autres!

Il était une fois, moi sur Tinder… Je me sentais seule, j’avais vraiment très envie de rencontrer quelqu’un . Après moult dates, je rencontre enfin un gars plutôt chouette. Tout va très vite. On a une connexion, on est sur la même longueur d’onde. Il correspond à tous les critères de ma liste (oui, ce n’était pas la meilleure des idées de choisir quelqu’un en fonction d’une liste). Alors au bout de quelques semaines il vit chez moi. Au bout d’un mois, il me propose de partir vivre avec lui en Angleterre. Haa oui, parce qu’à ce moment-là je vivais à Montréal.
Alors je décide de suivre, et de m’embarquer dans cette incroyable aventure. J’avais besoin de changement, alors ça tombait à pique. On ne se connaissait que depuis peu, mais j’avais le sentiment que partir était la bonne décision.
Trois mois après notre rencontre, nous voilà donc dans notre nouvel appart à Liverpool. Cette nouvelle vie pleine de rebondissement me donnait l’impression de me plaire. En tout cas j’essayais de me convaincre que tout ça était incroyable.. Pareil avec mon couple, dès que l’idée que je n’étais pas épanouie survenait, je la faisais taire.

TOUT ALLAIT BIEN!

Un jour, dans la voiture pour aller faire les courses, mon chéri me dit qu’il se sentirait plus épanoui dans sa religion (musulmane) si nous étions marié. Puisqu’il vit dans le péché et dans le mensonge (il ne pouvait pas dire à son père qu’il vivait avec moi à Liverpool tant que l’on n’était pas marié. Alors je devais faire comme si je n’existais pas à chaque Skype.)
Je t’avoue que cette annonce m’a brusqué! Je ne m’y attendais pas. Et puis, moi, dans ma culture, dans ma manière de voir les choses, le mariage venait célébrer une relation stable et épanouie au bout d’un bon paquet d’année. Alors la discussion fut compliquée, on eut du mal à se comprendre. Mais il a finalement accepté que ce n’était pas le moment pour moi. Et nous n’avons plus reparlé de ça.

Les jours passent. Les semaines. Puis un matin, je vrille! Mon cerveau panique! Qu’est-ce que je fou là??? Ok, je pars vivre en Thaïlande. Vivre? T’es sûr? Tu veux pas déjà aller visiter pour voir comment c’est? Cette décision est un peu impulsive non? Je comprends bien que t’est pas en accord avec toi là où tu es, mais ne prend pas de décision si radicale!
Bon, ok! Je pars juste pour un mois. Histoire de me ressourcer savoir où j’en suis dans ma vie, avec moi, avec mon couple, mon avenir pro, cette ville,.. avec ma vie!

Pendant le voyage, je réfléchis, je pense, je remets tout en question, je doute. J’essaie de me convaincre que la vie que j’ai me convient parfaitement. Avec toujours cette petite voix qui me dit le contraire.

Je rentre. Je suis toujours autant paumé, voire plus!

Et là, mon copain me dit que lui aussi, il a eu le temps de penser. Il m’explique que notre mariage est vraiment important pour qu’il puisse avancer dans sa religion. Je suis perdue! Je sais qu’au fond de moi je n’en ai pas envie, mais j’essaie de le comprendre. Je me dis que je peux peut-être le faire pour lui, comme un « cadeau » (ça me fait mal de l’écrire, mais je pensais vraiment comme ça à ce moment là), sachant que ça ne représente rien pour moi. J’y réfléchis beaucoup. Je sens que ça le pèse. Pourtant je sais que je ne suis pas en accord avec cette décision. Mais… je lui dis que je suis d’accord pour qu’on se marie…

Quelques jours plus tard, on a rendez-vous dans une mosquée. Je suis habillé en jean t-shirt (pour mon mariage!!!!!!!!!). Mon copain descend de la voiture, je ne percute pas qu’on est arrivé. Je suis perdue. Je suis seulement en train de réaliser ce qui est en train de se passer. Je sens la colère monter en moi. Mais j’ai l’impression qu’il est trop tard pour faire demi-tour. Je descends. Et là je vois arriver deux gars, que j’ai déjà croisées une ou deux fois. Ce sont des amis de mon copain. Il les a rencontré il y a quelques semaines. Ils seront nos témoins…

La colère monte. Colère contre moi-même.

Nous entrons dans la mosquée. Des gens passent, je me sens complètement perdu. Dans un monde inconnu. L’imam arrive, serre la main à mes « témoins », alors je lui tends la mienne à mon tour, il me dit qu’il ne peut pas, il n’a pas le droit de toucher une femme. Je me sens stupide. Alors que pourtant je ne pouvais pas savoir, mais je me sent nul. Je suis perdue, dans un monde qui n’est pas le mien.
Nous montons à l’étage. Dans une pièce vide, où nous sommes seuls. Nous nous asseyons les quatre par terre et l’Imam face à nous.

Je ne comprends toujours pas ce que je fais là, pourquoi j’ai accepté. Pourquoi il a accepté alors qu’il savait que je le faisais pour lui et non pas parce que j’en avais sincèrement envie!!! Mais pourquoi je n’ai pas su dire non?! La prochaine fois, je dis non!!

L’Imam dit qu’il a oublié notre contrat en bas, qu’il va vite le chercher. QUOI? UN CONTRAT??? Wooow je n’étais pas au courant! Je ne pensais pas que c’était pour de vrai!!! Je croyais que c’était juste comme ça moi, que c’était pas vraiment vrai..
Non mais à aucun moment j’avais pris conscience que ce que je faisais n’était pas un acte anodin! Youhouuuu, tu es en train de te MARIER!

L’Imam revient, il s’assoit, me regarde et me demande qu’elle est ma religion. Bien sûr tout ça est en anglais. Donc laisse moi te dire que je me suis mise à paniquer. Expliquer en anglais en quoi je crois??! J’en sais rien en quoi je crois, je suis perdue. Enfin, tout ce que je sais, c’est que je n’ai aucune religion. Alors j’explique en français que j’ai été baptisé, que j’ai fait ma première communion, mais que pour autant je suis en pleine recherche spirituelle. Mon copain traduit.
J’ai peur. Et toujours en colère de m’être mise dans cette situation.
L’Imam nous explique que je dois être chrétienne ou musulmane pour qu’il puisse nous marier.
Panique générale!
Enfin, moi je suis plutôt en train de réaliser que la vie est en train de me sauver la peau!
Alors mon copain, et les témoins essaie d’argumenter comme jamais! J’avais trois avocats, qui étaient là pour défendre mes croyances. J’ai essayé aussi, tan bien que mal de le convaincre. Mais il n’avait pas l’air très convaincu. Il a donc finit par me pauser une seule question « Est ce que vous croyez en Jésus? ».. (mon cœur battait très fort) à ce moment-là j’ai compris que je reprenais les règnes de ma vie. Que j’avais deux possibilités:
Mentir pour faire plaisir à mon copain, et me retrouver marié par gentillesse. Ou, dire la vérité, me respecter au risque de décevoir et de tout faire capoter.
J’ai regardé mon copain. Il a pu lire dans mes yeux que je m’excusais pour ma réponse qui n’allait pas lui plaire, mais que je ne pouvais plus mentir.

Tout était fini !
La vie, l’Imam, mes croyances,.. m’ont sauvée. MERCI!!!

Mais ça n’était pas fini! Une fois rentré à la maison, mon copain était bien déterminé à trouver un autre Imam moins strict vis-à-vis de mes croyances. Qui lui accepterait de nous marier.
La vie m’avait sauvée, mais là c’était à moi d’agir et de stopper tout ça!

« Tu sais, je crois que j’ai voulu te faire plaisir et te rendre épanoui dans ta religion, mais finalement cet engagement n’est pas en accord avec moi-même. Je pensais que ce « cadeau » ne me coûterait rien, mais je me suis trompé. J’ai failli être marié alors que je n’en avais pas réellement envie, la vie a fait en sorte que ça ne se produise pas. Alors ne cherche plus d’Imam. Je suis désolé mais je ne veut pas me marier. »

Honnêtement la discussion a été vraiment difficile! On n’arrivait pas à se comprendre. Il ne saisissait pas pourquoi j’avais dit oui et que là je ne voulais plus. D’où l’importance de savoir dire non! Bref quelques semaines plus tard, je le quittais (pour bien d’autres raisons).

Alors cette histoire m’a appris qu’il ne fallait pas avoir peur d’écouter sincèrement cette petite voix au fond de nous. Si ta réponse peut déranger, déplaire, blesser,.. la personne en face, ne dit pas « oui » (ou « non ») pour faire plaisir. Respectes-toi!! Peu importe la situation!!!

Être gentil, c’est carrément chouette, mais si ça te fait faire des trucs que tu n’as pas envie, alors c’est clairement plus chouette du tout!

2018-09-19T22:20:21+00:00septembre 19th, 2018|Apprenons!|0 Comments

Leave A Comment