J’avais envie de te raconter une histoire, que j’ai racontée à très peu de monde. Peut-être parce que j’ai peur d’être prise pour une folle.
Je peux comprendre.
Mais tant pis, je prends le risque que tu me prennes pour une illuminée! ツ

Je suis arrivé à Marseille en juillet 2017. Après un séjour plutôt périlleux à Liverpool.
J’ai décidé d’aller vivre à Marseille, et pas dans une autre ville, parce que ma meilleure amie y vivait depuis quelques années.

Marseille

Je venais de quitter mon copain, j’étais complètement paumé. Pas un sous en poche. Mais avec encore un peu d’ego, donc impossible de retourner chez papa maman. Il fallait que j’avance. Où, je ne savais pas. Mais fallait avancer!

Ma meilleure amie vivait en colocation. Sa chambre était donc devenu ma nouvelle maison. Perso, après tous ces changements plutôt intenses, j’avais du mal à profiter réellement de mon été. Alors, pendant que ma meilleure amie profitait du sien, j’avais du temps pour réfléchir. Surtout le soir. Je ne sortais pas. Son lit était devenu mon ami, mon réconfort. J’avais besoin de me retrouver avec moi-même.
Faire le point.

Une nuit, je décide de laisser les volets ouverts. J’avais très envie de me faire réveiller par des rayons de soleil, chaud et lumineux.

Il faut que tu saches, que la nuit m’a toujours angoissé. Ce noir si sombre, cette obscurité qui change ta vision du monde m’a toujours effrayé. Peut-être que la nuit me rend vulnérable, et je n’aime pas être vulnérable. Ça me fait peur.
Et puis je m’intéressais zéro à tout ce qui touchait aux astres ou l’univers. Tout ça me rappelait Star Wars… Un monde qui ne m’attire pas franchement.

Cette nuit-là, je suis donc dans le lit. En train d’essayer de m’endormir. La fatigue prend enfin le dessus sur ma tête qui ne fait que de penser à tout ce foutoir qu’est ma vie. Je tombe dans les bras de Morphée, quand, soudain, une lumière.
C’est plutôt intense comme lumière. Est-ce qu’un lampadaire vient de s’allumer en pleine nuit juste devant ma fenêtre? Impossible, y a pas de lampadaire!

J’ouvre les yeux.
La lune.
Elle est là.
En train de se déplacer, doucement. Et vient s’arrêter juste devant moi. Elle se pose. M’illumine!!
Sa lumière est si belle, si puissante, incroyablement vibrante. Elle m’apaise.
À vrai dire, je ne comprends pas vraiment ce qui est en train de se passer. Les minutes passent. Elle est toujours là, devant moi. Elle s’est arrêté d’avancer.

lune

Et là je l’entends me parler. Pourtant, il me semblait être ni schizophrène, ni Jeanne d’Arc. Mais, apparemment, c’est pourtant bien ce qui est en train de se passer.

Elle me rassure, et me dit que tout va bien se passer. Que je passe un moment difficile mais que ça ne sera pas loin. Que je dois croire en moi, en la vie, en l’univers et que tout allait bien se passer. Peu importe ce qu’il arriverait, elle serait toujours là. Alors oui, elle sera toujours là dans le ciel. Mais aussi avec moi, dans mon cœur.
Elle m’a enseigné ma première leçon: Peu importe ce qui m’arrivera dans la vie, bon ou mauvais, ça sera toujours la meilleure chose pour moi. J’avais juste à faire confiance et apprendre pour avancer.

En effet, tout s’est enchaîné très vite. Appartement. Travail. Amis. Joie.

Depuis, elle ne cesse de me susurrer à l’oreille toutes les choses importantes que je dois savoir sur la vie. Parfois je l’oublie un peu, parce que je ne la vois pas toujours m’éclairer de là-haut. Alors j’oublie qu’elle est là. Et quand j’oublie, je ne me sens pas bien. Je me sens moins connecté à la vie. Je sens qu’il me manque quelque chose.

Elle est vraiment importante pour moi.

Jamais je n’aurais imaginé avoir une telle attraction pour cet astre. Pourtant c’est là.
Et depuis ce jour, ma spiritualité a monté d’un level. Je n’arrive pas à mettre de mot dessus. C’est une énergie vibratoire connectée à l’univers, à la vie. Je la sens. C’est là dans ma cage thoracique.
C’est vivant!
Parfois ça disparaît quand je suis moins connecté, mais ça revient très vite.
Cette vibration, c’est l’amour de la vie.

Maintenant que j’ai découvert ça, je ne veux plus jamais vivre sans.

2018-08-23T15:37:43+00:00août 23rd, 2018|Dans ma tête|0 Comments

Leave A Comment